Un Équilibre à Trouver: L’Économie de L’Espace & Votre Écosystème De Stationnement

17 Feb 2014

pay by plate parking system in Pittsburgh

David G. Onorato, Executive Director Pittsburgh Parking Authority

par David G. Onorato, Directeur Exécutif, Pittsburgh Parking Authority

 

Dans son livre très influent « The Great, Good Place », Ray Oldenburg décrit en détails la nécessité croissante pour les citoyens d’avoir un espace qui ne soit ni travail, ni maison. Il nomme cet endroit le «troisième lieu» et souligne son rôle dans la promotion de la collaboration, de la communauté et l’engagement civique. Historiquement, ces lieux sont situés dans des entreprises privées qui profitent de l’accueil de groupes, mais de plus en plus d’organisations des dirigent vers la création d’espaces plus publics pour aider à promouvoir le dialogue et l’interaction civique. Le Projet pour les Espaces Publics se lie à la tendance récente à faire des « troisièmes lieux» des espaces publics en menant la chose un peu plus loin, préconisant les rues comme des espaces publics.

La congestion que le trafic et le stationnement sur rue causent n’interfère pas avec le développement de ces espaces dans nos rues, soutiennent les défenseurs des structures de stationnement. Au contraire, la création de plus de structures de stationnement libère plus d’espace sur les routes et favorise une circulation plus rapide; Le stationnement sur rue, quant à lui, diminue la vitesse de la circulation sur les voies, offrant aux piétons plus d’opportunités et d’espace pour se rassembler.

Bien que le stationnement sur rue soit responsable d’une certaine portion de la congestion, c’est le genre de congestion qui serait plutôt considérée comme un «apaisement de la circulation» et non une obstruction. De plus, donner seulement la priorité à la circulation de transit et négliger les besoins des autres utilisateurs peut avoir des conséquences économiques graves pour la communauté le long d’une rue.

Les rues et les trottoirs occupent un espace inhabituel qui est considéré en quelque part entre le public et le privé, mais les gens qui les utilisent sont farouchement protecteurs de “leur espace.” Par conséquent, la médiation de cette interaction est complexe mais nécessaire. Le coût est un des plus grands moyens de gérer le trafic et le stationnement. Par exemple, pendant les périodes de fort trafic, de nombreuses villes ont jugé utile d’augmenter le coût du stationnement afin de décourager la surexploitation et la concurrence sur une ressource dont la disponibilité fluctue autant. Pour ce faire, les villes vont diminuer les frais de stationnement lors des périodes à faible trafic et lorsque les planificateurs veulent encourager plus de citoyens à profiter des entreprises au centre-ville.

Cependant, malgré le fait que le stationnement sur rue ralentisse le flux de trafic, le stationnement sur rue est encore responsable d’une quantité significative du trafic dans une ville donnée, certains diraient même jusqu’à 30%. Ce trafic est causé par les conducteurs qui circulent les blocs à la recherche d’espaces de stationnement. En tant que société, nous devons faire le bilan de nos effets sur l’environnement; Diminuer la quantité de pollution de l’air résultant de la circulation automobile devient graduellement une priorité pour de nombreux gestionnaires et planificateurs urbains. Le mantra “réduire, réutiliser, recycler” est à la base de ces réformes. Les développeurs essaye de faire de nouveaux plans pour satisfaire les besoins de la population tout en réduisant le gaspillage d’espace exploitable.

Les améliorations et les progrès dans les secteurs de la technologie de transport comme les stations de stationnement payants, la gestion du trafic, et les applications de notification pour conducteurs peuvent avoir de larges effets positifs sur la façon dont nos villes se planifient s’améliorent. Au cours des dernières années, les conducteurs ont plus que jamais été en mesure de minimiser la quantité de temps qu’ils passent à la recherche d’un espace de stationnement en utilisant des applications pour déterminer où le stationnement est disponible et à quel prix.

Les stations automatisées de paiement pour le stationnement peuvent suivre le taux d’utilisation d’une section particulière de stationnement ainsi que le taux de roulement de chaque espace. De plus, intégrer une option de suivi des plaques d’immatriculation permettrait aux villes de suivre le type de voiture qui utilise une section particulière de stationnement, ce qui permettrait de relever des modèles d’espace gaspillé, permettant aux villes de s’ajuster en créant plus d’espaces de stationnement utilisable.

Le point où beaucoup de ces demandes se croisent est au contrôle du stationnement. Il est de plus en plus crucial pour les villes de gérer efficacement le stationnement et l’espace public.

Apprenez-en plus sur comment la Pittsburgh Parking Authority utilise le paiement par plaque pour créer une opération de stationnement plus efficace:

 


Partagez cet article