La Sûreté du Québec s’associe à gtechna pour déployer la technologie du Système de Reconnaissance de Plaques d’Immatriculation (SRPI)

5 Dec 2011

Le Logiciel Officer™ Plaques, de gtechna, intègre les caméras SRPI installées sur les voitures de la Sûreté du Québec (SQ), qui peuvent capter jusqu’à 2 plaques par seconde.

Montréal, Canada, le 24 mai 2012  – gtechna, développeur de premier plan de logiciels de Système de reconnaissance de plaques d’immatriculation (SRPI) et de systèmes de Contraventions électroniques, a annoncé aujourd’hui le déploiement de 100 SRPI sur les auto-patrouilles du plus important corps de police provinciale, Sûreté du Québec (SQ). C’est, à ce jour, la plus grande flotte SRPI déployée en Amérique du Nord pour de fins de sécurité routière.

La SQ supervise 107 000 km de routes, l’un des plus vastes territoires au Canada, et les routes du Québec sont parmi les plus achalandées au pays. Puisque les plaques d’immatriculation au Québec n’ont aucune vignette apparente pour confirmer que l’enregistrement du véhicule a bien été payé ou que le propriétaire détient un permis valide, la SQ a décidé d’utiliser la technologie de SRPI pour rechercher les plaques suspectes. Le résultat sera une réduction considérable du nombre de blessures et d’accidents, puisque 17% des accidents mortels impliquent des conducteurs ayant des permis de conduire non valides.
Pour atteindre ses objectifs de sécurité routière, la SQ avait besoin d’un système qui peut gérer un haut volume de véhicules sur un grand territoire, tout en produisant des résultats fiables sur des autoroutes à voies multiples. Avec ces objectifs à l’esprit, la Solution SRPI Officer™ Plaques, de gtechna, a subi une rigoureuse batterie de tests de qualification pour répondre aux normes d’application de la sécurité routière de la SQ.

« La SQ a validé la fonctionnalité du système dans des conditions typique du Québec, les systèmes ont subi des tests normalisés de performance technique à trois différents endroits stratégiques, de jour comme de nuit », souligne Sergio Mastronardi, directeur de la technologie à gtechna. «La capacité de la Solution SRPI Officer™ Plaques, de gtechna, à vérifier efficacement plusieurs milliers de plaques par jour devrait augmenter considérablement la perception du risque d’être arrêté, un élément majeur en sécurité routière.»

«Toute l’équipe de gtechna est très enthousiaste de notre association avec la Sûreté du Québec », a précisé Michel Guay, président et directeur général de gtechna. «L’installation du système sur les véhicules se fera dans notre nouvelle division d’installation à la fine pointe de la technologie, ainsi que dans les garages de la SQ. Nous sommes honorés, parce qu’après avoir passé les tests rigoureux et même dépassé les normes requises strictes de la SQ, la Solution SRPI Officer™ Plaques de gtechna s’est avérée le meilleur système SRPI pour assurer la sécurité routière au Québec.»

Fonctionnement de la Solution SRPI d’Officer™ Plaques
Le principe derrière la Système de reconnaissance de plaques d’immatriculation est basé sur des logiciels à la fine pointe de la technologie. Il s’agit d’un système entièrement autonome, installé sur une auto-patrouille. Celle-ci est équipée:

1. De caméras lisant toutes les plaques dans un périmètre donné, que les véhicules soient garés ou en mouvement, et même
à très haute vitesse. Le système n’exige aucune manipulation de la part d’un policier.

2. Du logiciel Officer™Plaques (fonctionnant sur un ordinateur portable), qui analyse chaque plaque et la soumet à une
base de données contenant une liste de plaques suspectes (liées à des immatriculations expirées, un permis de conduire
non valide ou des amendes impayées). La base de données est mise à jour hebdomadairement.

3. En une fraction de seconde, Officer™Plaques émet une alerte sonore accompagnée d’une photo et un système GPS vérifie
si la plaque est liée à une infraction.

Toutes ces phases sont effectuées en 0,5 seconde et sont entièrement automatisées.

Si nécessaire, le module Contraventions électronique, de gtechna, peut intégrer rapidement et de façon précise toutes ces informations au constat d’infraction.

Partagez cet article