Une Douce Transition du « Payez et Affichez » au Paiement par Plaque

12 Apr 2013

par Jeff Nethery, Cale America

L’Ancien Système de Gestion du Stationnement – « Payez et Affichez »

Lorsqu’Aspen, Colorado, adopte le premier système de stationnement sur rue « Payez et Affichez » aux États-Unis au milieu des années 90, les marchands locaux sont contrariés. Les propriétaires d’entreprises ainsi que plusieurs milliers d’employés en mouvance militent contre la décision municipale de changer le stationnement gratuit à temps limité pour une forme non conventionnelle de stationnement payant provenant d’Europe : le « Payez et Affichez ». Les plaintes n’étaient cependant pas émises pour protester contre le fait d’avoir à afficher un reçu sur le pare-brise, ou bien d’avoir à retourner au véhicule lorsqu’il neige. Les plaintes avaient pour cause le changement et la peur que les clients de cette communauté d’affaires dynamique et haut de gamme n’accepteraient pas un changement si drastique.

pay by plate parking system

Plusieurs mois plus tard, la douleur est presque disparue et la plupart des propriétaires d’affaires sont reconnaissants du nouveau taux de rotation des espaces premium de stationnement qui étaient autrefois occupés sans frais à longueur de journée par des employés des restaurants, magasins et hébergements locaux. La ville vantait les mérites de revenus de taxes de ventes plus élevés, démontrant plus tard que la mise en œuvre du stationnement payant était bénéfique aux entreprises. De plus, ses garages majoritairement vides avaient une liste d’attente d’employés locaux en recherche d’un stationnement hors rue, une alternative abordable. Lors de la décennie suivante, des centaines de villes aux États-Unis ont suivi le modèle Aspen, de New York à Chicago à Seattle en passant par les petites villes du milieu. Les bénéfices d’être capable d’offrir un paiement par carte de crédit plutôt qu’avec de la monnaie et l’efficacité de gérer 10 espaces en un seul kiosque de stationnement étaient apparents. Les clients ont appris à accepter que le stationnement est un processus en 3 étapes : stationnement, paiement et affichage. Les agents de stationnement aux yeux perçant scrutant les pare-brise peuvent désormais repérer un reçu expiré ou un véhicule sans reçu jusqu’à un demi-pâté de maison.

Améliorer les expériences de l’utilisateur et de l’agent grâce au Paiement par Plaque.

« Pittsburgh était désormais une ville de stationnement à renommée mondiale, et plusieurs autres villes américaines en prirent connaissance. Plusieurs demandes de proposition pour des kiosques de stationnement multiplaces en 2012 demandèrent que le paiement par plaque soit au moins une option, sinon un des modes d’opération primaire ».

En 2012, la ville de Pittsburg est devenue la première ville américaine à exécuter un système de Paiement par Plaque pour son stationnement de rue sur une grande échelle en suivant des modèles similaires à succès créés à Calgary et à Amsterdam. Le saut effectué entre les kiosques à espace de stationnement unique fonctionnant à la petite monnaie et le système de kiosques basé sur la plaque d’immatriculation où il n’y avait plus qu’un seul kiosque par bloc était aussi audacieux que le saut d’Aspen dans les années 90, et cela était seulement possible grâce aux avancées technologiques intégrées pour les communications sans fil et les bases de données en temps réal pour le paiements et le contrôle dans les espaces de stationnement. Similairement au succès d’Aspen avec le « Payez et Affichez », cela ne pris que quelques mois pour les propriétaires d’entreprises et les clients pour chanter les louanges du nouveau système. Mais dans le cas de Pittsburgh, les bénéfices n’incluaient pas seulement l’habileté de payer avec une carte de crédit. En effet, les clients pouvaient payer à n’importe quelle station dans le système et n’avaient pas besoin de retourner à pied vers leur véhicule pour afficher le reçu de stationnement. Le reçu était désormais seulement optionnel et non nécessaire à la conformité. Le rendement d’exécution de la vérification des numéros de plaque dans les bases de données de paiement en temps réel était énorme et beaucoup plus rapide que celui du vieux système où le déblayage des pare-brise était souvent nécessaire pour vérifier que les reçus étaient bien en place dans les véhicules.

Pittsburgh était désormais une ville de stationnement à renommée mondiale, et plusieurs autres villes américaines en prirent connaissance. Plusieurs demandes de proposition pour les kiosques de stationnement multiplaces en 2012 demandèrent que le paiement par plaque soit au moins une option, sinon un des modes d’opération primaire. Une des questions principales que les villes commencèrent à se poser était la suivante : « Comment pouvons-nous faire une transition harmonieusement entre le « Payez et Affichez » et le Paiement par Plaque dans la perspective de l’utilisateur autant que dans celle de l’agent? » Les leçons clé transmises par le projet de Pittsburgh incluent le besoin d’éduquer les clients et de les conditionner à connaître leur numéro de plaque d’immatriculation par cœur. Combien de personnes mémorisent-elles leur numéro de plaque? Pas beaucoup! Ajoutez à cela le fait que les gens possèdent plusieurs véhicules et conduisent parfois des véhicules de location et voyez que le défi s’agrandi. De plus, l’équipe qui applique la loi se devait d’apprendre à se fier au statut de paiement montré dans la base de données.

Il y a un mélange unique intermédiaire entre le « Payez et Affichez » et le Paiement par Plaque qui permet une douce transition d’un système à l’autre. Plusieurs kiosques de Paiement par Plaque peuvent être opérés en mode « Payez et Affichez », mais seulement en prenant pour acquis l’habileté que les clients ont à entrer leur numéro de plaque d’immatriculation. Si cela ajoute une étape aux clients, cela commence à conditionner le client à s’attendre à avoir à utiliser leur numéro de plaque d’immatriculation dans la transaction. De la perspective municipale, le numéro de plaque peut maintenant être imprimé au dos du reçu de stationnement. Ceci signifie que le reçu de « Payez et Affichez » est maintenant seulement valide pour un véhicule, et le temps acheté en excès ne peut plus être transféré à un autre utilisateur. Soudainement, cette forme hybride de « Payez et Affichez » avec l’entrée requise de la plaque d’immatriculation apprend aux utilisateurs tout comme aux officier de se concentrer sur le numéro de plaque en conformité tout en augmentant immédiatement les revenus de stationnement par l’élimination des clients qui partagent les reçus.

Méthodes Avancées de Contrôle – La Reconnaissance de Plaque d’Immatriculation

Éventuellement, le système de contrôle peut commencer à fonctionner avec des appareils portables et des caméras fonctionnant avec la technologie de reconnaissance de plaques d’immatriculation (SRPI) pour vérifier la conformité sans même vérifier le reçu, augmentant graduellement la confiance que les gens ont en la nouvelle technologie tout en confirmant que les données en temps réel sont conformes à ce qui est inscrit sur le reçu. Ceci va naturellement mener à la non-nécessité des reçus pour la conformité et à la transition complète vers un système de stationnement basé sur la plaque d’immatriculation.

Pay by plate parking systemwith license plate recognition enforcement

Dès qu’une plaque d’immatriculation est entrée dans le système de stationnement, elle devient une forme d’identification ou un code barre auquel une activité de véhicule peut être liée lors du processus d’application de la loi. Les agents de stationnement conduisent des véhicules de patrouille munis de caméras fonctionnant avec la technologie de reconnaissance de plaque d’immatriculation pour scanner les plaques des véhicules stationnés à un rythme de jusqu’à 50 scans à la minute. L’information contenue sur la plaque d’immatriculation est transmise à une base de données vérifiant la validité de la session de stationnement, s’il y a cas de contrevenant, etc. Si la session de stationnement est expirée, une alerte en temps réel est envoyée à l’agent de stationnement qui peut émettre un constat sur le champ ou utiliser les coordonnées GPS pour envoyer l’agent le plus proche à pied. La plaque scannée tel un code bar, fourni un accès instantané à l’information du véhicule indépendamment des contrôles visuels ou des frappes requises lors de l’utilisation de l’ancien système de stationnement. En outre, grâce aux informations de carte de crédit et de la plaque d’immatriculation du véhicule, il devient maintenant possible de fournir des données statistiques afin de mieux surveiller et gérer l’utilisation du système de stationnement ainsi que de mieux servir les commerçants et les citoyens.

Enfin, ce type de transition permet également aux Villes d’intégrer facilement les plus récentes technologies de permis virtuel et d’options de paiement, incluant le paiement par téléphone, où les permis et les paiements sont également reliés au numéro de plaque d’immatriculation du véhicule et sont contrôlé à travers une base de données centrale en temps réel au lieu de regarder une version imprimée d’un reçu ou d’un permis.





Apprenez-en plus sur les systèmes de Paiement par Plaque




Partagez cet article